Arthur Rimbaud

Aller en bas

Arthur Rimbaud

Message par Antoine Tomberouge le Sam 25 Fév - 2:24

Vous pensez qu'un trafiquant d'armes homosexuel à qui l'on a amputé une jambe ne peut être l'un des plus grands esprits de tout un siècle ? Vous vous trompez ! Arthur Rimbaud fut tout cela, et plus encore


Plutôt que de laisser l'auteur de ce topic vous abreuver d'un interminable speech de noctambule sur le génie carolomacérien, je vais, donc il va, car Je est un autre, laisser parler wiki sans qui nous ne serions que des ignorants : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Rimbaud

Spicilège :


Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

________

Les soeurs de charité

Le jeune homme dont l'oeil est brillant, la peau brune,
Le beau corps de vingt ans qui devrait aller nu,
Et qu'eût, le front cerclé de cuivre, sous la lune
Adoré, dans la Perse, un Génie inconnu,

Impétueux avec des douceurs virginales
Et noires, fier de ses premiers entêtements,
Pareil aux jeunes mers, pleurs de nuits estivales,
Qui se retournent sur des lits de diamants ;

Le jeune homme, devant les laideurs de ce monde,
Tressaille dans son coeur largement irrité,
Et plein de la blessure éternelle et profonde,
Se prend à désirer sa soeur de charité.

Mais, ô Femme, monceau d'entrailles, pitié douce,
Tu n'es jamais la Soeur de charité, jamais,
Ni regard noir, ni ventre où dort une ombre rousse,
Ni doigts légers, ni seins splendidement formés.

Aveugle irréveillée aux immenses prunelles,
Tout notre embrassement n'est qu'une question :
C'est toi qui pends à nous, porteuse de mamelles,
Nous te berçons, charmante et grave Passion.

Tes haines, tes torpeurs fixes, tes défaillances,
Et les brutalités souffertes autrefois,
Tu nous rends tout, ô Nuit pourtant sans malveillances,
Comme un excès de sang épanché tous les mois.

- Quand la femme, portée un instant, l'épouvante,
Amour, appel de vie et chanson d'action,
Viennent la Muse verte et la Justice ardente
Le déchirer de leur auguste obsession.

Ah ! sans cesse altéré des splendeurs et des calmes,
Délaissé des deux Soeurs implacables, geignant
Avec tendresse après la science aux bras almes,
Il porte à la nature en fleur son front saignant.

Mais la noire alchimie et les saintes études
Répugnent au blessé, sombre savant d'orgueil ;
Il sent marcher sur lui d'atroces solitudes.
Alors, et toujours beau, sans dégoût du cercueil,

Qu'il croie aux vastes fins, Rêves ou Promenades
Immenses, à travers les nuits de Vérité,
Et t'appelle en son âme et ses membres malades,
Ô Mort mystérieuse, ô soeur de charité.

___________

Les assis

Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues
Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs,
Le sinciput plaqué de hargnosités vagues
Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ;

Ils ont greffé dans des amours épileptiques
Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs
De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques
S'entrelacent pour les matins et pour les soirs !

Ces vieillards ont toujours fait tresse avec leurs sièges,
Sentant les soleils vifs percaliser leur peau,
Ou, les yeux à la vitre où se fanent les neiges,
Tremblant du tremblement douloureux du crapaud.

Et les Sièges leur ont des bontés : culottée
De brun, la paille cède aux angles de leurs reins ;
L'âme des vieux soleils s'allume, emmaillotée
Dans ces tresses d'épis où fermentaient les grains.

Et les Assis, genoux aux dents, verts pianistes,
Les dix doigts sous leur siège aux rumeurs de tambour,
S'écoutent clapoter des barcarolles tristes,
Et leurs caboches vont dans des roulis d'amour.

- Oh ! ne les faites pas lever ! C'est le naufrage...
Ils surgissent, grondant comme des chats giflés,
Ouvrant lentement leurs omoplates, ô rage !
Tout leur pantalon bouffe à leurs reins boursouflés.

Et vous les écoutez, cognant leurs têtes chauves,
Aux murs sombres, plaquant et plaquant leurs pieds tors,
Et leurs boutons d'habit sont des prunelles fauves
Qui vous accrochent l'oeil du fond des corridors !

Puis ils ont une main invisible qui tue :
Au retour, leur regard filtre ce venin noir
Qui charge l'oeil souffrant de la chienne battue,
Et vous suez, pris dans un atroce entonnoir.

Rassis, les poings noyés dans des manchettes sales,
Ils songent à ceux-là qui les ont fait lever
Et, de l'aurore au soir, des grappes d'amygdales
Sous leurs mentons chétifs s'agitent à crever.

Quand l'austère sommeil a baissé leurs visières,
Ils rêvent sur leur bras de sièges fécondés,
De vrais petits amours de chaises en lisière
Par lesquelles de fiers bureaux seront bordés ;

Des fleurs d'encre crachant des pollens en virgule
Les bercent, le long des calices accroupis
Tels qu'au fil des glaïeuls le vol des libellules
- Et leur membre s'agace à des barbes d'épis.
____________

Ophélie

I

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
- On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
- Un chant mystérieux tombe des astres d'or.

II

Ô pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
- C'est que les vents tombant des grands monts de Norwège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

C'est qu'un souffle, tordant ta grande chevelure,
A ton esprit rêveur portait d'étranges bruits ;
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

C'est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d'enfant, trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit muet à tes genoux !

Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
- Et l'Infini terrible effara ton oeil bleu !

III

- Et le Poète dit qu'aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu'il a vu sur l'eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.
avatar
Antoine Tomberouge

Messages : 3932

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par Tanz Mitth'Laibach le Sam 25 Fév - 10:30

Je suis complètement hermétique à la poésie Neutral Victor Hugo est pratiquement le seul que je sache apprécier.
avatar
Tanz Mitth'Laibach
Not That I Am

Messages : 2953
Groupe favori : Project Pitchfork

http://mordraal.weebly.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par Antoine Tomberouge le Sam 25 Fév - 15:59

Ouais moi aussi au départ, puis un jour j'ai lu Aimé Césaire et tout a changé. Rimbaud est à mes yeux le meilleur, je ne saurais dire pourquoi. Ils font tous des alexandrins, des sonnets de qualité, usent de subtilités dans la construction de leurs vers, tout ça, mais chacun a sa petite magie propre, et c'est celle de Rimbaud qui est la plus charmante

Hugo, si j'aime bien certaines de ses Contemplations (notamment celles concernant sa fille décédée), je trouve la plupart de ses poèmes trop épiques, trop grandiloquents, trop longs, trop étouffants
avatar
Antoine Tomberouge

Messages : 3932

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par R-aZZo-R le Sam 25 Fév - 22:29

Carolomacérien de naissance, j'en ai bouffé du Rimbaud à l'école!

Pas un grand amateur de poésie, et loin de là! Quelques auteurs me parle Baudelaire (en mode cliché gogoth ambulant ninja ), et puis Rimbaud forcément!

Je me souviens de ces textes, est ce parce qu'ils me plaisent vraiment ou bien parce qu'on me les a rentrés de force dans le crane, là est la question!



Mon préféré:

L'IDOLE
SONNET DU TROU DU CUL


Obscur et froncé comme un oeillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse
Humide encor d'amour qui suit la fuite douce
Des Fesses blanches jusqu'au coeur de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait
Ont pleuré sous le vent cruel qui les repousse,
A travers de petits caillots de marne rousse
Pour s'aller perdre où la pente les appelait.

Mon Rêve s'aboucha souvent à sa ventouse ;
Mon âme, du coït matériel jalouse,
En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée, et la flûte câline,
C'est le tube où descend la céleste praline :
Chanaan féminin dans les moiteurs enclos !

Bon, ce poème par contre personne ne m'a olbigé à le réciter devant une salle de classe, dommage...

Rimbaud, MC Circulaire du 19éme! Wesch ma gueule reprezent!
avatar
R-aZZo-R
Figure tutélaire

Messages : 2986

http://www.lastfm.fr/user/R-aZZo-R

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par Antoine Tomberouge le Sam 25 Fév - 22:51

Y a eu plus fort ! Hi hi

R-aZZo-R a écrit:Je me souviens de ces textes, est ce parce qu'ils me plaisent vraiment ou bien parce qu'on me les a rentrés de force dans le crane, là est la question!

Question pertinente, mais au moins c'est pas de la merde qu'on t'a refilé. Bourrage de crâne certes mais pas néfaste, donc c'en est pas vraiment

Les grands auteurs sont le socle culturel commun des habitants de ce pays, c'est avoir les mêmes références qui lie une communauté nationale. Alors il y a de quoi être content quand ces références sont des oeuvres aussi grandes que les écrits de Rimbaud

R-aZZo-R a écrit:
Bon, ce poème par contre personne ne m'a olbigé à le réciter devant une salle de classe, dommage...

Je me souviens d'une récitation de Frère Jacques par un camarade de CE1 :

Frère Jacques, Jacques Chirac
Où vas-tu, trou du cul ?
"Je vais à la messe
Niquer des gonzesses"...

Il a pas eu le temps de finir


Dernière édition par Tony Redgrave le Sam 25 Fév - 23:24, édité 1 fois
avatar
Antoine Tomberouge

Messages : 3932

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par R-aZZo-R le Sam 25 Fév - 23:22

Classique des cours de récré celle-là! Je la chantais aussi! Very Happy
avatar
R-aZZo-R
Figure tutélaire

Messages : 2986

http://www.lastfm.fr/user/R-aZZo-R

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par Antoine Tomberouge le Sam 25 Fév - 23:25

Dingue que ce genre de trucs soit à ce point répandu. Socle culturel commun d'une génération d'enfants, et quel socle ninja Laughing
avatar
Antoine Tomberouge

Messages : 3932

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Rimbaud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum