L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Message par Aenimal le Lun 12 Aoû - 18:06

L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Ré-édité cette année par Camion Noir, pour la somme exagérée de 32 Euros (perso, j'ai choppé l'ancienne édition (sans préface) pour 3 fois moins cher d'occase sur Amazon...)



L'auteur

Avant de parler du bouquin, une petite présentation de l'auteur s'impose Hi hi:

"Jean-Paul Bourre est une figure atypique de la mouvance identitaire : il est tout à la fois un ex-sataniste, un ancien « blouson noir », un acteur des contre-cultures, un journaliste rock, un animateur radio, un écrivain (poète, essayiste et romancier) et un compagnon de route de l’extrême droite de très longue date.

Dès le début des années 1970, Jean-Paul Bourre s’engagea dans le combat occidentaliste. Il fut ainsi présenté dans la presse nationaliste comme le « barde des arvernes » chantant les louanges de la civilisation blanche. En effet, il défendait dans ses chansons l’Occident, les traditions européennes, notamment nordiques, et prônait une pensée prométhéenne et anti-égalitaire. À la fin de cette décennie, changeant de registre, il se présenta comme un mage luciférien. Il écrivit plusieurs ouvrages sur ce sujet, le plus connu étant "Les Sectes lucifériennes aujourd’hui" et il n'hésita pas à organiser plusieurs messes noires dans des cimetières auxquelles il convia la presse.

Dans les années 1980, Jean-Paul Bourre devint un journaliste, à la fois dans le magazine musical "Rock and Folk" et dans le magazine consacré à l’occultisme "L’Autre Monde", où il assuma la fonction de rédacteur en chef. Durant cette même décennie, il retourna dans le giron du christianisme, tendance catholique-traditionaliste. Ainsi, il publia en 1989 un ouvrage à la thématique ouvertement contre-révolutionnaire, "Les Chouans, au nom du Christ-Roi". Il renia aussi ses livres de la période luciférienne, en particulier "Le Sang, la mort et le diable". En outre, il fit le pèlerinage de Chartres : « Je me suis inscrit pour le pèlerinage traditionaliste de Chartres organisé par Chrétienté solidarité, l’un des bras militants du Front national. Je m’en foutais. Je voulais des moines tonsurés et des prêtres en soutane. J’ai cousu un cœur chouan sur la manche de ma chemise bleue, sac au dos, et nous sommes partis de N.-D. de Paris jusqu’à N.-D. de Chartres, plus de cent bornes, à pied, rythmées par les chants et les prières. » Il défendit aussi les chrétiens libanais en allant rejoindre en 1989 le général Aoun : « Je voulais en être, surtout ne pas manquer ça. […] Et puis l’on m’avait dit que certains miliciens des Forces libanaises avaient collé l’image de la Sainte Vierge sur la crosse de leur kalach, Notre Dame du Liban, pure douce, prompte au pardon. » Il retranscrivit son expérience au travers d’un livre-hommage à Michel Aoun, "Génération Aoun, vivre libre au Liban". En 1996, il proposa, dans un article publié dans le magazine "Réfléchir et agir", la création d’un nouvel ordre templier… Toutefois, il restait un chrétien fort peu orthodoxe : il souhaitait tenir compte des apports du paganisme, en particulier du celtisme et de la tradition indo-européenne dans le christianisme car il était convaincu du rôle déterminant des « celto-nordiques », c’est-à-dire des Indo-Européens, dans l’élaboration de la Bible : « Qui oserait reconnaître, aujourd’hui, l’importance des Celtes, dans la révélation du livre sacrée ? … Il lui faudrait d’abord vaincre 2 000 ans de tabous, d’obscurantisme, et retrouver la piste ancienne, effacée, reniée et finalement oubliée par les hommes. Pourtant, l’histoire des civilisations prouve la présence des Celtes, sur les terre de la Bible, 3 000 ans avant J.-C., derrière tous les grands faits bibliques, les extases, les fulgurances, dans le brasier du Sinaï – et tous ces noms, qui apparaissent sur la carte, dans les déserts rouge d’Égypte et de Palestine, lieux saints, villes fortifiées, ou camps nomades, tous d’origine sanskrite, indo-européenne. »

En fait, il défendait une conception celtisante/nordiciste du christianisme positif, qui fait du Christ un Indo-Européen, influencée par les thèses völkisch, comme le montre ses textes. Comme beaucoup d’occultiste d’extrême droite, il soutenait l’origine nordique de la « Tradition primordiale », et faisait une analogie entre le Christ et Odin ; la référence à l’Herborée y est omniprésente : il fait de Noé un Hyperboréen. De fait, il s’inscrivait alors dans une longue tradition d’auteurs et/ou d’occultistes qui soutinrent la très raciste théorie d’un Christ « aryen ». Ces thèses postulent l’idée selon laquelle le Christ, Galiléen, descendrait de l’un des « Peuples de la mer » qui auraient dévasté la Méditerranée aux XIIIe et XIIe siècles avant notre ère, les Hyksos aux origines indo-européennes. Ce type de discours est un héritage direct de la culture ésotérico-raciste völkisch du début du XXe siècle.

Se considérant toujours comme un compagnon de route du nationalisme, il collabora, durant la décennie 1990, à diverses publications d’extrême droite, et fit paraître plusieurs livres chez deux éditeurs importants de cette nébuleuse, les Éditions Dualpha et les Éditions Pardès. Toutefois, il s’éloigna de l’extrême droite durant une courte période de cette décennie. Pour concrétiser cette évolution, il publia un livre intitulé "Les Profanateurs", dans lequel il dénonçait ses anciens amis, dont tout particulièrement "Réfléchir et agir", "le Grece" et Alain de Benoist, et où il traitait les néo-droitiers de « clowns du cirque Pauwels ».

Animateur à la radio FM "Ici et Maintenant" depuis 1982, il invita au début des années 1990 des membres du GUD à participer à son émission, afin qu’ils puissent expliquer l’engagement de certains de leurs camarades auprès des nationalistes croates lors de la première guerre de Yougoslavie. À la suite de cette émission, il partit lui aussi dans ce pays, et tira de cette expérience, de nouveau, un récit : "Croatia".

C’est sur la radio "Ici et Maintenant" qu’il développa sa vision de l’immigration, qui est très proche de celle d’un Jean Raspail et de son Camp des saints ou du Guillaume Faye de La Colonisation de l’Europe : une immigration-invasion qui va bouleverser le socle ethnique et civilisationnel de l’Europe. Ce sont ses déclarations outrancières et provocatrices, tenues à l’antenne de son émission radio le 27 octobre 2011, qui provoquèrent la suspension de son émission par le CSA le 24 janvier 2012. Il invita aussi à de nombreuses reprises à l'antenne des militants du Bloc identitaire, groupe avec lequel il s'est étroitement lié, participant comme orateur à ses réunions, tant en province qu'à Paris."


source Metapedia : Arrow http://fr.metapedia.org/wiki/Jean-Paul_Bourre

Bon, autant dire qu'il s'agit d'un personnage "haut en couleurs", qui pourrait rejoindre le panthéon culturel d'Antoine clown. Ci-joint un passage à l'émission J'y crois, j'y crois pas (une émission "de société" des années 90), où on peut le voir pratiquer une "messe rouge", et ou l'on apprend, entre autres, qu'il fut le "nègre" d'un bouquin de Dominique Baudis :



Le bouquin

Un espèce de Da Vinci Code à la française (bien que l'auteur le qualifie pour sa part d'"anti-Code Da Vinci"), mais avec François Mitterrand dans le rôle du héros (mystique)... Hi hi

Le bouquin s'ouvre à Paris dans le Ve arrondissement. Lors d’un dîner au siège de l’Ordre de Dieu (Opus Dei), l’abbé Maxent de l’église Saint-Médard (proche du Panthéon) présente aux invités de l’archiviste de l’Opus Dei, l’abbé Gillis (en fait un membre infiltré de la loge Louxor), sa dernière découverte de bibliophile : un petit livre de 20 pages intitulé "Le serpent rouge". L’archiviste le persuade de le lui vendre pour une modique somme et en échange d’un jeu de photocopies du manuscrit. Bon, inutile de vous dire que l'abbé disparaitra dès le chapitre suivant...

Le "Serpent rouge" est en fait un écrit retraçant en surface l'histoire de la Bièvre, le texte étant codé en profondeur, révélant un mystérieux rituel provenant de la vieille cité de Méroé (en Nubie, région au Nord de l'actuel Soudan) : le livre nous emmène en effet à travers le temps et l'espace, au travers d'une quête mystique se déroulant entre l'Egypte (notamment la haute-Egypte et au-delà, avec l'antique cité de Méroé, en Nubie) et Paris, via la rivière Bièvre, autrefois affluent de la Seine qui se jette aujourd'hui dans le collecteur principal des égouts de Paris, et qui aurait été une rivière sacrée (au même titre que le Nil) à l'époque mérovingienne. Par delà l'Histoire et la Religion, l'auteur n'hésite pas en effet à faire des parallèles entre l'ancien culte égyptien et le christianisme, qui ne serait au départ (c'est à dire avant qu'il ne soit dévoyé par l'église catholique) qu'une forme "moderne" du culte antique, la trinité "Dieu/Saint-Esprit/Jesus" provenant de celle "Osiris/Isis/Horus", avec Seth dans le rôle de Lucifer.

Parallèlement, la principale "originalité" du roman de trouve donc dans une intrigue qui implique plus ou moins profondément des personnages historiques récents, dont l'ancien Président socialiste. On reconnaitra aussi des personnages secondaires, masqués sous une identité d'emprunt, dont par exemple :
- "Patrice Villard", alias François de Grossouvre (conseiller "occulte" de François Mitterrand, mort d'un suicide présumé en Avril 1994 dans le Palais de l'Elysée),
- "Patrick Blois", qu'on reconnait aisément comme étant Jack Lang,
- Jean Pierre Elkabbach (dont j'ai oublié le pseudo), qui est mentionné comme étant l'interlocuteur lors de la dernière interview du Président, le 12 Septembre 1994 (en réponse aux attaques récurrentes de l'époque sur son passé Vichyssois)...

La thèse principale reprise ici est celle d'un François Mitterrand "initié" (théorie à la mode dans certains milieux occultes ayant des connexions avec les milieux "complotistes"). Plusieurs faits sont ainsi présentés afin d'étayer cette "hypothèse" dont (liste non exhaustive) :
- le marquage occulte de Paris par une "occupation symbolique" au sol de divers monuments, dont l'axe "Louvre-Obélisque-Arce de Triomphe-Grande Arche de la Défense-Opéra Bastille",
- la cérémonie d'investiture au Panthéon, qui serait selon l'auteur un rituel en écho à ceux de l'époque mérovingienne,
- la confection d'une statue représentant François Mitterrand, en nautonier nu, à l'arrière d'une barque solaire d'Isis, dont on peut effectivement constater la présence dans le parc du château de Rambouillet (commandée en 1993 par l'Elysée au sculpteur Karel, l'auteur du portrait officiel du Président en 1981) :



Arrow  http://www.richardkriegel-photo.com/article-28395502.html (voir la 6ème photo pour un gros plan où l'on reconnait effectivement un visage connu Suspect)

Il représente d'une certaine façon le "centre de gravité" des diverses intrigues nouées autours de divers personnages appartenant à des organisations occultes ne poursuivant pas forcément les mêmes buts :
- l'"Ordre de Dieu" ou Opus Dei,
- la loge "para-maçonnique" Louxor,
- le "fameux" prieuré de Sion (qu'on retrouve dans le Da Vinci Code).

Bon, qu'on adhère ou pas aux "hypothèses" (voire aux "révélations") présentées dans le roman (la cerise sur le gâteau étant l'assertion selon laquelle François Mitterrand serait en réalité une ré-incarnation du pharaon Séthi 1er, le père de Ramsès II Laughing), on passe un bon moment dans ce thriller historico-mystique : la lecture de plage idéale.  Cool
avatar
Aenimal
Génie du mâle

Messages : 1439
Groupe favori : Florent Pagnini, Pascal Zobisp

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Message par Tanz Mitth'Laibach le Lun 12 Aoû - 18:17

Cool, encore un cas psychiatrique, faut passer un coup de fil à un autre François pour le prévenir que les cathos intégristes sont des satanistes infiltrés. Je m'étonne de ne pas retrouver l'assertion selon laquelle la pyramide du Louvre serait faite de 666 triangles, vu la tournure du bouquin Laughing
avatar
Tanz Mitth'Laibach
Not That I Am

Messages : 2953
Groupe favori : Project Pitchfork

http://mordraal.weebly.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Message par Aenimal le Lun 12 Aoû - 18:23

Je m'étonne de ne pas retrouver l'assertion selon laquelle la pyramide du Louvre serait faite de 666 triangles
T'inquiètes : on en parle de la Pyramide du Louvre, mais je dis pas à propos de quoi (ou plutôt de qui Wink ) pour pas dévoiler le dénouement...
avatar
Aenimal
Génie du mâle

Messages : 1439
Groupe favori : Florent Pagnini, Pascal Zobisp

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Message par Antoine Tomberouge le Mar 20 Aoû - 22:19

Tanz Mitth'Laibach a écrit:les cathos intégristes sont des satanistes infiltrés
Ils auraient sans le moindre doute meilleure presse...
avatar
Antoine Tomberouge

Messages : 3932

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'élu du serpent rouge (2005) Jean Paul Bourre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum